Lux Crucis installée définitivement à la Cathédrale de Troyes

Histoire de ma croix glorieuse

Ceux qui me suivent déjà sur Facebook et/ou Instagram le savent…
Cet été j’ai participé à une très belle exposition sur la Croix glorieuse à la Cathédrale de Troyes.

J’ai même eu la chance d’être interviewée par RCF sur cette création
(pour les + impatients, je passe à 8’10) :

Cet exposition proposait à une soixantaine d’artiste de créer une croix glorieuses.
La grande nouvelle c’est que suite à l’exposition de cet été l’équipe diocésaine souhaitait garder une trace de cette exposition dans la Cathédrale de Troyes, et c’est ma pièce qui a été choisi, elle restera donc désormais exposée au sein de la Cathédrale !

Je suis extrêmement fière, aussi j’ai voulu vous parler de ma démarche dans ce travail qui renoue avec mes premières expérimentations dans le vitrail:
En effet, dans le vitrail les gens me parlent souvent de couleur et de lumière. Moi c’est souvent la lumière, l’opacité, le translucide et la transparence que j’ai envie de travailler.
Une envie de travailler sur la ligne pure, juste, sans artifice, en essayant d’aller à l’essentiel, en jouant sur des équilibres subtils de blanc et de transparent, de matière déformés qui créent des effets de profondeur. Pour cela toutes les techniques sont bonnes, sablage, inclusions. J’essaierai de vous proposer bientôt un article sur un triptyque que j’avais fait à mes débuts.

Je trouvais que travailler de nouveau dans cet esprit était une belle option pour un thème comme celui de la croix glorieuse. Ci-dessous, je vous laisse sur ce texte que j’avais écrit pour présenter ma croix :

LUX CRUCIS
Lumière de La Croix

Croix glorieuse en verre, peinte à la grisaille blanche avec fusion de verre

Matériaux : verre, thermoformage et grisaille blanche

J’ai voulu une croix glorieuse très subtile, à peine perceptible, faite de lumière… Une croix qui n’est plus qu’une empreinte lumineuse, avec un Christ représenté au-delà de toute souffrance en pleine ascension et qui déjà ne se laisse plus percevoir complètement…

Avec ce travail, j’ai cherché à aller au-delà de la souffrance du martyr et à symboliser le passage de l’humain au divin.
C’est pour cela que j’ai souhaité le peindre de lumière, afin de symboliser cette transcendance…

La croix n’est déjà plus qu’un souvenir, une empreinte : le christ est déjà Le Ressuscité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *