Inktober

Direction l’Inktober 2021

J’avais déjà participé à l’Inktober en 2019. Je m’étais alors régalée.
Jour après jour, je relevais les défis en suivant les thèmes annoncés. Même si j’avais eu un peu de mal pour certains thèmes et surtout au bout du 20e jour (où l’enthousiasme s’émoussait un peu, et cela devenait difficile de tenir le rythme sur la durée). J’avais bcp aimé l’émulation collective et surtout cela m’avait fait progressé dans ma pratique du dessin, ce qui compte énormément pour moi.

En gros ça avait donné ça… (impossible de vous mettre l’image direct d’insta, du coup, je vous fait une nouvelle photo + lien vers mes publications de l’époque : https://www.instagram.com/p/B3UeOhsokhh/?utm_source=ig_web_copy_link

Dessins Inktober 2019
Mes créations de l’Inktober 2019, ma première participation

L’Inktober, kesako ?

Pour ceux qui ne connaissent pas, l’Inktober est un challenge de dessin qui revient chaque année en octobre.
Chaque jour, un thème est donné, et vous devez réaliser un dessin. Ce jeu a été lancé parJake Parker en 2009. Il est question de réaliser un dessin juste en noir et blanc, juste un encrage en somme, d’où le nom. Au final, rien à gagner, juste la satisfaction de profiter de l’énergie collective, nombreux sont les dessins postés sur les réseaux sous le hashtag #Inktober ou #Inktober2021. Et c’est cela qui motive aussi, se sentir porter par une énergie collective.

En effet, illustrateurs, dessinateurs, gribouilleurs se sont appropriés ce challenge. Et qu’ils soient néophyte ou confirmé nombreux dessinateurs relève chaque année le défis, et les réseaux sociaux sont constellés de participations aussi inventives que variées.

Et pourquoi pas le GlassTober ?

Cette année j’ai envie de renouveler l’expérience, mais à ma manière, dans ma pratique, aussi j’ai décidé de réaliser le challenge sur verre : une sorte de Glasstober. Je ne sais pas trop ce qu’il en sortira, mais c’est cela qui est excitant.
Je sens l’envie de me renouveler un peu dans ma pratique, dans mes habitudes et d’explorer de nouvelles formes. Je ne sais pas où je vais : vers une peinture plus « croquis », moins léchée et aboutie que ce je fais d’habitude.
Le but : m’amuser en vrai. Retrouver l’énergie du début. Pour peut-être faire germer les idées de futurs projets.

On verra, c’est l’aventure !

Et l’aventure n’est pas d’avoir un chemin tout tracé. Aussi je ne me met pas trop de pression.
J’ai d’autres projets en cours, je prends donc ce challenge comme une pause récréative.
Je ne sais pas si de votre côté vous comptez réaliser ce challenge ? en Ink ou autrement : en céramique, couture, aquarelle, origami, écriture ou que sais-je encore ? Je serais ravie de découvrir vos créations si le challenge et la contrainte vous stimule également.

Des enseignes en peinture sur verre

Peinture de l’enseigne du Franco-Belge par Anne Veyrier du Muraud

Le 2 juillet dernier on inaugurait officiellement les enseignes réalisées par 4 groupements d’artistes pour la ville d’Ervy-le-Châtel

Un bien joli projet pour une bien jolie ville. L’occasion pour moi de collaborer avec d’autres artisans d’art. Arts et Forges qui a réalisé des cadres, véritables écrins pour mes créations. Et l’entreprise Dichamp qui m’a permis de consolider mes plaques de verre une fois la peinture réalisée.

Ce sont de vrais petits bijoux que j’ai voulu créer pour cette ville et les commerces avec lesquels j’ai eu le plaisir de travailler.
Une ode à la ballade et à la déambulation, une ode à la rêverie

Chaque vitrail, chaque enseigne, chaque peinture raconte son histoire, le mieux, c’est encore de regarder… et d’imaginer les histoires

Les créations que j’ai réalisé pour cette ville sont très atypiques.
C’est un monde parallèle à celui des ervytains composés d’animaux anthropomorphes les imitant dans leurs activités. En se baladant dans la ville on trouvera une boulangerie, un office de tourisme, deux restaurant et un B&B.

Je me suis appuyée sur le style 16e que l’on trouve dans l’église en utilisant la grisaille et le jaune d’argent.
Les commerçants m’ont fait confiance et m’ont raconté leurs histoires, ce qu’ils aimaient et ce qu’ils voulaient mettre en avant. De belles rencontres pour de très belles créations.

Allez voir le film

J’ai filmé toutes les étapes de ce travail, pour chacune des enseignes que j’ai réalisé. Je vous invite à suivre ce lien pour suivre pas à pas la création de la première enseigne. Je vous invite également abonner à la chaîne YouTube pour découvrir les autres histoires qui viendront petit à petit

Si à votre tour vous souhaitez me voir composer votre vitrail ou votre peinture, je vous invite à me contacter pour un devis personnalisé

Pour ne rien rater de mes vidéos, je vous invite à vous abonner à ma chaîne dès aujourd’hui, car j’ai prévu d’y présenter certains de mes projets chaque premier vendredi du mois.

Une nuit dans l’église de Barbuise

La Nuit des églises

La Nuit des églises est un évènement national, qui se déroule dans pleins d’églises de France à l’initiative d’énergies locales.
De notre côté, c’est Natacha Roche Fontaine, céramiste qui nous a proposé à Noémie Barthélemy, vidéaste, et moi même de préparer notre nuit . Une aventure à laquelle on a convié les enseignants et les enfants de l’école du village, mais aussi les habitants de la commune et les paroissiens.

Une première pour nous.
Pour l’occasion on a décidé de travailler sur l’EAU, par ce que la Noxe passe dans le village, parce que l’eau est présence aussi dans les églises.
Il y aura des installations, des projections, une déambulation, des sons, des temps forts…

ça se passera donc

à l’église de Barbuise,
commune de Courtavant
le 3 juillet à 21h*

* L’événement sera certainement précédé d’un grand pique nique pour ceux qui le souhaitent (chaque famille ramenant sa tambouille pour rester Covid responsable) 

Atelier lumière en maternelle

Ainsi, les enfants de l’école accolé à l’église ont bien voulu participer à notre élan créatif. Aussi, le 19 au matin, au lieu de fêter l’ouverture des terrasses, j’étais très très très occupée à rêver avec des enfants, à créer des jeux d’ombres et de lumières avec des lampes de poches, des passoirs, des bouteilles, des @Playmobils.
J’avais eu envie de travailler avec les enfants de maternelle, aussi c’était surtout de l’expérimentation, de la manipulation, du temps et du partage. Un moment aussi beau pour eux que pour moi.

Préparations et expérimentations

Préparer notre nuit des églises nous donne pas mal de travail, d’organisation mais aussi de bien chouettes moments. De superbes moments quand la voute s’illumine enfin, quand nos fantasmes deviennent réalité. mais ça demande aussi de ménager nos rêves pour les faire s’accorder, mais ça aussi c’est riche.

🔔

Mais c’est aussi de bons moments de rigolades quand on se met à faire sonner les cloches pour que Noémie puisse finaliser son installation des « confidences » Entre acrobaties de l’extrême et fous rires réfrénés…
Je ne résiste pas à vous mettre le lien vers cette petite vidéo.

Et surtout notez bien le 3 juillet 21h
dans vos agendas pour ne rien rater..

Ma chaîne YouTube

Après de longs mois de réflexion, d’hésitation, de peur, j’ose enfin :
je lance ma chaîne YouTube !
Une chaîne où je parlerai de création, de vitrail et de peinture sur verre.
Au travers de vidéos où je vous ouvrirai les coulisses de ma démarche artistique.
Mon objectif étant de proposer cela avec sensibilité, délicatesse et poésie.

Pour inaugurer son lancement, j’ai réalisé un premier film de 10 minutes,
aussi je vous invite à me rejoindre lors de
sa PREMIÈRE sur YouTube le vendredi 9 avril à 19h15,
et à me poser vos questions directement sur le chat de la vidéo (car je serais là derrière mon clavier)

Première sur YouTube
le vendredi 9 avril à 19h15

Dans ce premier film, je vous invite à découvrir le processus de création d’un vitrail
à travers ce pas à pas poétique je vous dévoile toutes les étapes de création d’un vitrail :
dessin, maquette, coupe du verre, peinture sur verre, montage

La création que je vais vous proposer est inspirée des vitraux du XIIIème et de l’histoire des trois petits cochons. Il a été réalisé pour la Cité du Vitrail de Troyes.

En attendant, vous pouvez découvrir ce magnifique film portrait que Noémie Barthélemy a fait sur moi.

J’espère que cette nouvelle aventure vous enthousiasmera autant que moi, et je vous attends nombreux à cette occasion.

Alors RV ici :  https://youtu.be/3xkIfspXdy0 
vendredi 9 avril à 19h15

___

Peinture animalière, au long cours…

Ça fait longtemps, que je n’ai pas publié, et j’en suis vraiment désolée : en vérité, j’attends encore quelques confirmations pour entamer de nouveaux projets, et cela peut parfois paraître loooong… d’autant que j’attends pour en parler.
La période est particulière pour tout le monde. De mon côté, j’apprends à prendre mon mal en patience dans cette période très anxiogène, et ce n’est pas toujours si simple…
Mais le travail de création, ne s’arrête pas pour autant. C’est d’ailleurs, pour moi, un des derniers espace de liberté en cette période.

Peinture animalière

Peinture animalière

J’ai toujours eu un penchant naturel pour la peinture animalière, voir ma boutique par ici :
À poils, à plumes ou à écailles, à long bec, à mandibules ou à nageoires…
La variété animale me ravie et m’enchante, et j’aime particulièrement les anciennes gravures litho, ou estampes animales. Une passion secrète pour l’entomologie, les dessin d’animaux, les bestiaires médiévaux ou encore les cabinets de curiosités. Une fascination pour les variations de textures qu’offrent leur pelages et/ou peaux. En tout cas, ce type de dessin m’apporte beaucoup de plaisirs, alors autant m’y pencher un peu plus.

Recherches

dessin insecte

J’avais déjà pas mal développé la peinture animalière à travers mes rondels oiseaux, ou écureuils, mais je souhaitais élargir mes horizons. Aussi, pour mettre à profit cette période entre deux chantiers, j’ai décidé de vous proposer un autre format que le rondel (que pourtant j’affectionne tellement), et vous montrer comment de tels peintures peuvent aussi prendre vie dans des vitraux aux lignes plus contemporaines…

Après le process, c’est toujours un peu le même :
– des recherches, n’ayant pas une connaissance précise de l’anatomie de tous les animaux je dois m’appuyer sur des photographies, gravures, dessins…
– des dessins, où à mon tour j’apprivoise insectes, reptiles, mammifères ou poissons par des dessins, certains deviendront les cartons de mes futurs peinture sur le verre.

À l’atelier

Puis l’atelier, maquettage, coupe de verre et peinture… en une, deux, trois étapes, en fonction des projets, puis montage en plomb (en principe je devrais m’y coller très vite, je proposerai un autre post avec les projets terminés)… alors, à vous d’être patient XD

peinture sur verre représenant un poisson

Une année s’en va, l’autre vient

Cette année 2020 aura été une véritable épreuve pour nous tous.
Elle nous aura ébranlés, fatigués, épuisés puis nous aura amenés à chercher de nouvelles ressources en nous pour nous réinventer, dans notre travail, dans notre relation à l’autre. Cette année j’ai appris à puiser en moi des réserves de lumières pour les faire rejaillir sur mes proches et encore un peu plus dans mon travail.

J’ai dû ralentir la cadence, ou plutôt adapter mon planning à ma petite de 3 ans qui est restée à la maison pendant 6 mois. J’ai été tiraillée entre mon besoin de créer et ses besoins à elle. Mais j’ai réussi à tout tenir sans rien lâcher et j’en suis fière. Ma fille va bien. Mes chantiers ont été honorés. Et j’ai réussi à créer. Ceci-dit, beaucoup de projets (salons, expositions, journées européennes) ont été annulés, démontés en urgence, reportés ou rendus virtuels. C’est comme cela, il faut faire avec et j’ai hâte que tout cela soit derrière nous.

Mais 2021, s’annonce dans la même veine, aussi je pense qu’il faut tout faire pour en tirer le meilleur. De mon côté je commence à travailler sur de nouveaux projets :
– des chantiers bien sûr,
– des créations en commande et d’autres qui seront à la vente,
– de l’écriture,
– une newsletter,
– une chaîne YouTube pour vous présenter mon travail en atelier
– et un nouvel atelier, plus grand ou je pourrais mieux travailler…

Je suis pleine de gratitude, car je n’ai pas été touchée directement par le Covid, ni moi, ni ma famille. De plus mon travail se faisant le plus souvent en solitaire, je peux continuer à créer dans mon antre et je sais que c’est une chance en ce moment.
De plus vous avez été nombreux à m’acheter des créations en cette fin d’année via ma boutique Facebook, pour cela un grand merci. Et vu le succès de mes oiseaux, je prévois bien de vous en créer des nouveaux. Et je continuerai à développer ce mode de vente.

Un grand merci pour ceux et celles qui me suivent et me soutiennent (depuis le début, depuis peu et ceux qui me soutiendront dès demain…)
Vos encouragements, vos likes, commentaires et petits cœurs m’encouragent à ne pas lâcher, les jours où c’est plus difficile. Je suis souvent pétrie de doutes et vos encouragements m’aident bien souvent à relever la tête.

Alors un ENORME MERCI !
Je vous souhaite une fois de plus et le plus sincèrement du monde :
Une très belle année 2021, qui sera sûrement encore pleine d’ombre et de lumière.

Boutique en ligne

Un Marché de Noël virtuel,
via la Bou-click des arts

En cette période particulièrement délicate, où les marchés de Noël sont incertains, nous sommes quatre artistes / artisans d’art rassemblées non pas sur la place du village mais sur une page Facebook pour partager avec vous nos créations.

L’occasion pour moi de vous proposer enfin une vrai boutique en ligne,
( vous la retrouvez aussi dans la barre de menu).

Si une création vous tente, ou que vous voulez passer commande, envoyez moi un message, ici ou sur la boutique en ligne.

Selon les possibilités, je vous enverrai la création par voie postale ( je fais des colis très fiables), soit vous pouvez profiter d’un click-and-collect.
Ca tombe bien le click-and-collect c’est ce qu’on fait avec La BOU-CLICK des arts :
avec l’ Atelier Marthe Dumas Paris, Catherine Delmare Boutique, Natacha Roche Fontaine, céramiste sculpteur et moi-même .

Bannière de la Bouc-click

Les rendez-vous « Clique & Rapplique » seront localisés pour offrir aux clients la possibilité de les retrouver au plus près de chez eux : 

  • Le samedi 12 décembre, de 10h00 à 13h00,
    à la Librairie Galerie Voltaire de Romilly-sur-Seine.
  • Le samedi 12 et le dimanche 13 décembre, de 14h00 à 18h00,
    au Clos de Provins, Ville Haute de Provins.
  • Le samedi 12 et le dimanche 13 décembre, de 10h00 à 19h00,
    chez Catherine Delmare, 45 rue Haute du  Champ Calot, Nogent-sur-Seine.
  • Le samedi 19 décembre, de 14h à 18h,
    à la Brasserie des Anges Déchus, à Villenauxe-la-Grande

Voilà, vous savez tout, je vous invite donc à parcourir ma boutique

Entrelacs, en camaïeu de vert, bleu et gris

Une création de vitrail pour une porte

Ça y est ma dernière création vient d’être posée !
C’est toujours un moment plein d’émotion, car c’est là que l’on peut enfin juger de la réussite du projet, par rapport à la lumière en place, au décor environnant, à l’atmosphère du lieu…

Détail vitrail Anne Veyrier du Muraud, couleurs jaune, bleu vert

Je ne sais pas trop comment situer ce vitrail stylistiquement parlant, sûrement quelque part entre les entrelacs cisterciens (qui m’ont toujours inspiré) et le style d’art déco que j’affectionne beaucoup. Même si dans ce cas, c’est très très à ma sauce…

C’est pourquoi je vais plutôt vous parler des étapes de fabrication d’un tel projet.

Dans les coulisses du projet

de la maquette au carton

Un vitrail commence toujours par une maquette,
Ici le client voulait un vitrail dans une très belle porte ouvragée.
(La porte avait au préalable été retravaillée, par Manuel Boulonnais, menuisier et ébéniste)

Un projet commence toujours par une maquette (image ci-dessous à gauche).

Puis vient le moment de la coloration (sur l’image centrale).
La coloration, c’est le choix des verres du futur vitrail. C’est la couleur bien sûr, mais aussi la texture, l’opacité, la transparence, la translucidité du verre… C’est important de les regarder ensemble et en lumière. L’une des difficultés ici était de trouver 7 couleurs capables de cohabiter ensemble.

Enfin, vient le carton (troisième image), c’est-à-dire la reproduction du dessin à échelle un, avec indication des verres de couleur (c’était ici un jeu très subtil).

coupe du verre

Ça y est le travail d’atelier peut enfin commencer avec la coupe de verre,
sur le lien suivant, vous pourrez entendre le chant du verre, toutes les pièces sont coupées une par une, à l’aide des calibres. La coupe doit être parfaitement juste, surtout dans un projet d’entrelacs comme celui-ci.

C’est ici qu’on a le plaisir de voir notre projet prendre vie peu à peu sur la table.
Personnellement j’adore ce moment, c’est là que le vitrail commence à exister réellement.
On ne voit pas encore toutes la subtilité des teintes, car la lumière ne passe pas encore, mais le vitrail prends forme…

Sertissage, le montage en plomb

Le vitrail est ensuite monté en plomb, selon la technique traditionnelle.
Un motif d’entrelacs comme celui-ci, demande beaucoup de minutie, mais c’est aussi cela qui est intéressant.
Le plomb est souple et profilé en H sous forme de baguettes de 2 mètres. C’est ce qui permet la mise en plomb.
J’assemble le tout sur une table de montage en bois, je bloque les verres avec des pointes, et une fois terminée, je soude les intersections à l’étain. C’est déjà comme cela que faisaient les anciens. En vrai la technique n’a pas tellement évoluée…

Montage de vitrail, Anne Veyrier du Muraud

mastiquage

Enfin, viens le moment de mastiquer, avec un mastic de vitrier composé de blanc de Meudon et d’huile de lin.
Cette étape est importante car c’est elle qui donnera l’étanchéité et la solidité au vitrail

Pose

Arrive enfin le moment de la pose,
pour une porte traditionnelle en bois comme ici, petits clous et mastic pour que ça ne bouge plus.

pose du vitrail

Et voilà,

je vous laisse sur ces images du travail terminé…
Si à votre tour vous souhaiter avoir un vitrail chez vous, n’hésitez pas à jeter un œil ici, et à me contacter pour étudier la faisabilité de votre projet.

Stop-motion : peinture sur verre

Aujourd’hui, je voulais vous montrer un travail de peinture sur verre à la grisaille et au jaune d’argent que j’ai réalisé en « stop-motion »…

C’est une vidéo, qui a été diffusée sur les réseaux sociaux, grâce au pôle Métiers d’Art du Grand Est pour faire vivre virtuellement les JEMA qui cette année ont été annulées pour la première fois à cause du Covid. 🙁

Je vous invite donc à découvrir mon travail par le geste : la création d’un visage en peinture sur verre, à la grisaille et au jaune d’argent, dans la tradition du vitrail…
PS : avec la musique c’est plus sympa !

À noter, la peinture sur verre que j’utilise est bien évidement celle que l’on utilise traditionnellement dans le vitrail, ou dans mes créations c’est à dire :
– de la grisaille (souvent brune ou noire), un mélange d’oxyde métallique et un fondant, que l’on vient écraser et mélanger avec un médium comme de l’eau ou du vinaigre, la grisaille est fixée au four à 620°
– et du jaune d’argent, des sels d’argent et d’ocre que l’on vient déposer à la goutte sur le dos du verre, c’est seulement à la cuisson à 580° que le jaune se révèle après avoir retiré la couche d’ocre.

Je publie assez peu sur mon blog actuellement, si vous souhaitez suivre mon actualité, n’hésitez pas à me suivre sur les réseaux sociaux si vous êtes connectés, sur ma page Facebook ou sur mon compte Instagram.

Et si ce film vous a plu, vous en trouverez un magnifique réalisé par Noémie Barthélemy, vidéaste humaniste, par ici.

Lux Crucis installée définitivement à la Cathédrale de Troyes

Histoire de ma croix glorieuse

Ceux qui me suivent déjà sur Facebook et/ou Instagram le savent…
Cet été j’ai participé à une très belle exposition sur la Croix glorieuse à la Cathédrale de Troyes.

J’ai même eu la chance d’être interviewée par RCF sur cette création
(pour les + impatients, je passe à 8’10) :

Cette exposition proposait à une soixantaine d’artiste de créer une croix glorieuse.
La grande nouvelle c’est que suite à la suite de à l’exposition de cet été l’équipe diocésaine souhaitait garder une trace de cette exposition dans la Cathédrale de Troyes, et c’est ma pièce qui a été choisie, elle restera donc désormais exposée au sein de la Cathédrale !

Je suis extrêmement fière, aussi j’ai voulu vous parler de ma démarche dans ce travail qui renoue avec mes premières expérimentations dans le vitrail :
En effet, dans le vitrail les gens me parlent souvent de couleur et de lumière. Moi c’est souvent la lumière, l’opacité, le translucide et la transparence que j’ai envie de travailler.
Une envie de travailler sur la ligne pure, juste, sans artifice, en essayant d’aller à l’essentiel, en jouant sur des équilibres subtils de blanc et de transparent, de matière déformée qui crée des effets de profondeur. Pour cela toutes les techniques sont bonnes, sablage, inclusions. J’essaierai de vous proposer bientôt un article sur un triptyque que j’avais fait à mes débuts.

Je trouvais que travailler de nouveau dans cet esprit était une belle option pour un thème comme celui de la croix glorieuse. Ci-dessous, je vous laisse sur ce texte que j’avais écrit pour présenter ma croix :

LUX CRUCIS
Lumière de La Croix

Croix glorieuse en verre, peinte à la grisaille blanche avec fusion de verre

Matériaux : verre, thermoformage et grisaille blanche

J’ai voulu une croix glorieuse très subtile, à peine perceptible, faite de lumière… Une croix qui n’est plus qu’une empreinte lumineuse, avec un Christ représenté au-delà de toute souffrance en pleine ascension et qui déjà ne se laisse plus percevoir complètement…

Avec ce travail, j’ai cherché à aller au-delà de la souffrance du martyr et à symboliser le passage de l’humain au divin.
C’est pour cela que j’ai souhaité le peindre de lumière, afin de symboliser cette transcendance…

La croix n’est déjà plus qu’un souvenir, une empreinte : le christ est déjà Le Ressuscité…